Civitas, un cercle dogmatique, intrusif et conquérant – part 1

Civitas_- convergence 2014

DOSSIER CIVITAS : Analyse de son site web et décryptage de la conférence Convergence 2014 contre l’interdiction de la théorie du genre à l’école.

Partie 1 : Décryptage du discours du Président de Civitas

Retour sur la conférence Convergence 2014 pour l’interdiction du genre à l’école

Mercredi 19 février 2014 se tenait une conférence issue d’une convergence entre radicaux catholiques, musulmans et laïcs (c’est eux qui le disent!).

La conférence de presse “Convergence 2014 pour l’interdiction de la théorie du genre à l’école” s’est tenue devant quelques médias alternatifs chargés de la captation vidéo et la diffusion de l’information, dont Médias Presse Info, ERTV et TVLibertés. Cette dernière est une Web Tv qui a fait de cette conférence l’un de ses sujets reportages dans son journal en ligne de 19h du 20 février. Nous reviendrons plus bas sur ces médias, dits indépendants.

Rappel sur le but de cette conférence :
Alerter l’opinion sur l’introduction de la théorie du genre à l’école

Le cheval de Troie des participants est la présumée perversion instituée par les politiques au travers de l’ABCD de l’égalité. Plan d’éducation accusé de vouloir brouiller la nature de l’homme et de la femme. Dans l’ombre, le gouvernement et le corps éducatif serait soupçonné de vouloir pervertir dès le plus jeune âge en promouvant la théorie du genre.

 

Qui faisait partie de la table d’honneur de Convergence 2014 ?
  • Farida Belghoul, fondatrice du mouvement JRE (Journée de Retrait de l’Ecole)
  • Christine Boutin (Présidente d’honneur du Parti Démocrate-Chrétien)
  • Béatrice Bourges (Porte-parole du Printemps Français)
  • Alain Escada (Président de Civitas)
  • Albert Ali (Essayiste, écrivain)
  • Nabil Ennasri (essayiste)
  • Mourad Salah (élu municipal)
  • Ahmed Miktar (Président du Conseil des Imams de France)
  • Jean-Pierre Dickès (Président de l’Association catholique des Infirmières et Médecins)
  • L’Abbé Guillaume de Tanoüarn.

Quelle liste suggestive : laïcs, laïcs, à notre époque on ne sait plus qui est qui ! Les garçons ont les cheveux longs, les filles ont les cheveux courts… Pour ce qui est de la composition de la tablée dissidente, il se trouve que beaucoup d’entre eux ont déjà des points communs.

Farida Belghoul, ancienne communiste et militante du mouvement Beur des années 80, est devenue très proche d’Alain Soral, connu pour son penchant politique glissé lui aussi du communisme à l’extrême droite. Pour la compréhension de cet article, inutile, ni de rappeler les idées radicales de Madame Boutin, ni d’identifier le reste de la tablée, la composante des personnages de cette conférence mériterait à elle seule un article dédié.

Par contre, pour suivre l’axe de ce dossier, il est utile de s’arrêter un instant sur un autre duo pour comprendre la personnalité du Président de Civitas. Alain Escada et Albert Ali se sont déjà rassemblés en tant que catholique et musulman pour une prise de parole à Lyon sur le thème mondialisme et décadence. (Pour en savoir plus, voir ce lien : http://albertali.fr/2013/05/27/debat-avec-alain-escada-de-civitas/)

Lors de cette rencontre antérieure à celle que nous allons décrypter, le Président de Civitas ne cache pas son ambition pour une reprise en main de la politique par les religieux et il évoque la concession par alliance qu’elle implique pour cet objectif :

“Si nous étions amenés, Albert Ali et moi à voir la situation strictement religieuse, en tant que bon musulman, il serait amené à souhaiter me convertir et en tant que bon catholique, je serais amené à souhaiter parvenir à le convertir (…) si j’ai accepté ce débat, c’est que j’y vois avant tout une opportunité politique.”

Cet attrait pour l’espace politique du Président de Civitas est essentiel pour comprendre le personnage. Alain Escada est un catholique radicaux à l’esprit conquérant, il manipule un discours religieux afin d’instaurer un pouvoir politique (2ème partie du dossier Civitas à paraître  prochainement : décryptage du site web de Civitas). L’esprit dominant du catholicisme d’Alain Escada est d’ailleurs prononcé dans le choix des mots de cette phrase (le musulman souhaite convertir, le catholique parvient à convertir).

Pour arriver à ses fins, ce locuteur aux prouesses rhétoriques use de tactiques et de champs lexicaux militaires (champ lexical de ses discours et techniques propagandistes pour contraindre l’opinion).

 

Quels sont les points dénoncés par Alain Escada lors de cette conférence ?
  • Un communiqué de presse signé le 16 septembre 2013 par les syndicats d’enseignements : “S’occuper du genre à l’école pour en finir avec les inégalités contre le sexe”.
  • Un rapport de 101 pages de l’inspection générale de l’éducation générale pour l’égalité des filles et des garçons dans les écoles et les établissements.
  • Une invitation de la SNCF transmises aux chefs d’établissements pour que les filles découvrent des métiers considérés comme des métiers masculins.
  • L’influence de Michel Teychenné soupçonné d’appuyer les lobbys homosexuels pour la mise en place de plans d’expérimentation dans l’éducation nationale, dont l’intervention de LGBT à l’école et de nouveaux livres intégrés dans la bibliographie conseillée.
  • Enfin, il finira par dénoncer l’influence du groupe HES (Homosexualités et Socialismes) sur le gouvernement et la perversité de l’ABCD de l’égalité.

 

Les techniques de manipulation du discours d’Alain Escada

Comme tous bons orateurs appuyés par des références et des documents officiels, le Président de Civitas use d’envolées lyriques, de boutades et d’amplification des faits pour alimenter sa rhétorique et gagner une meilleure emprise sur le public.

Décryptage :

Un discours coercitif

Un discours coercitif et persuasif qui oscille entre discours informationnel et discours de mystification. Alain Escada prend la posture d’un chef spirituel chargé de rétablir l’ordre dans une société décadente. En apportant la preuve de nouvelles applications éducatives à l’école par des documents officiels, il se mue en conquérant de la vérité et en défenseur du sacré. Ici, Alain Escada n’apporte pas une simple information, il travestit le réel par l’amplification des faits afin de donner un impact fort à son message et de contraindre l’auditoire à accepter sa vérité.  L’ABCD de l’égalité devient le dessus officiel d’un dessous officieux : la théorie du genre.

Un discours qui fait appel aux émotions

Le pathos est sollicité, Alain Escada fait appel aux émotions de la peur et de la colère pour dénoncer un scandale gouvernemental dont les médias de masse sont les complices. Dans l’auditoire, des personnes sont captivées par la démonstration de l’orateur et manipulées par des mots choisis pour leur force.

Un discours incisif qui favorise l’unité

Comme il est dit plus haut en introduction, le discours du Président de Civitas puise ses racines dans un esprit conquérant légitimé par le sacré.  En cela, il applique avec art des techniques de la guerre psychologique.

Si son discours fait appel aux émotions, il est également étiqueté de séduction ciblée tout en tentant d’instaurer une crainte dans l’auditoire dans le but de rassembler une unité.

Dans cet objectif d’unité, Alain Escada adresse un message personnel destiné aux médias alternatifs qui filment la conférence : “Votre travail de médias alternatifs, c’est de propager la vérité, de faire effet de balancier.” Telle une invitation flatteuse du conquérant adressée à des troupes alliées, le message est un acte de séduction. À la fois destiné aux médias alternatifs présents, il flatte leur égo par le sacré, la déontologie et la justice, il est adressé plus généralement en guise d’alerte de l’opinion sur la désinformation du gouvernement et des médias traditionnels.

Insidieusement, Alain Escada poursuivra en adressant un message à l’avantage triplé :

“Que ceux qui nous regardent aujourd’hui perdent définitivement toute confiance à la fois dans les politiques qui nous gouvernent et dans les médias qui nous trompent, les médias qui sont leur complices. Et surtout demain, n’ayez absolument pas de soucis d’être calomniés, c’est notre honneur en vérité que d’être calomniés par ceux qui veulent pervertir nos enfants.”

  1. Un message incisif avec l’objectif d’une instauration générale de la défiance envers les politiques et les médias.
  2. Un message fort et fédérateur adressé à l’auditoire, appelé au combat pour lutter contre le plan de perversion des enfants.
  3. Un message protecteur qui rassure et motive les troupes et, qui de ce fait, n’auront plus peur d’être calomniées.

Cette dernière phrase est très révélatrice du caractère dominateur et manipulateur de l’orateur. Alain Escada sème la zizanie, il sème le doute en défiant les institutions et les médias. Ses phrases fermées et directives sont lancées telle une vérité mystifiée adressée au public afin qu’il rejoigne la digne cause qu’il défend. Enfin, il fait renaître l’émotion par le choix final de son discours “pervertir nos enfants.”

L’usage de “notre honneur” et de “nos enfants” est emblématique de la tactique de rassemblement autour de sa cause. Ceux qui s’opposent à la perversion des enfants ne sont plus seuls. Par cette tactique linguistique, Alain Escada s’attribue la place du grand guide fédérateur, celui par lequel les troupes dissidentes trouvent la source pour avancer dans leur combat.

Maintenant faisons un bref retour sur l’identité des médias sur lesquels le Président de Civitas compte pour rétablir la vérité.

 

Focus sur les médias qui ont couvert la conférence Convergence 2014

En premier lieu,

Qu’est-ce qu’un média alternatif ?

La catégorie de presse “média alternatif” est une catégorie fourre-tout. De gauche à droite, d’un mouvement social à l’autre, un média alternatif est en marge des médias dominants, il est le média qui critique les médias, le média qui redonne la parole aux voix considérés comme muselées. Contre-hémogénique ou expressionniste, les diverses branches des médias alternatifs sont très variées.

Auparavant ancrés à gauche, lors de leur première apparition avec les courants marxiste et léninisme, les médias alternatifs sont aujourd’hui des outils employés par les radicaux et l’extrême droite.

 

Médias Presse Info, TVLibertés, ERTV : des médias indépendants ?

Intéressée par ces médias qui ont couvert cette conférence, j’ai donc découvert Médias – Presse Info, TVLibertés ainsi que son journal en ligne à 19h (dit indépendant mais après lecture tout de même très tiré à droite), et enfin ERTV.

Médias Presse Info a un statut d’association et se décrit telle une “information sans concession” ce qui parait plutôt vrai au lire de son nuage de tags sur son site web :

Medias_presse_-infos_-_mots_clefs _tags

TVLibertés “La  liberté n’a pas de prix” est basée au Kremlin-Bicêtre dans le 94. Aucunes mentions légales disponibles sur ce site web, alors que cette web tv fait des appels à don pour la soutenir. Aucun statut ne révèle la structure de ce média, il n’y a seulement qu’une adresse de boite postale et un numéro de téléphone. La seule trace légale provient de l’autorisation de prélèvement qui renseigne sur l’association chargée de collecter les paiements récurrents : l’ASNA (Association de Soutien au Nouvel Audiovisuel). Association basée elle aussi au Kremlin-Bicêtre (tiens, tiens). http://www.tvlibertes.com/mandat%20RUM%20de%20prlvmt%20ASNA.pdf

ERTV est le média le plus surprenant, puisque ce nom n’est qu’une extension  vidéo de l’association E&R (Egalité et Réconciliation). Association fondée par Alain Soral ! C’est également E&R qui a filmé et monté la conférence d’Albert Ali et Alain Escada à Lyon sur le mondialisme et la décadence.

Bon, bon, après connaissance de cause, des médias alternatifs oui, mais indépendants, tout de même… à gauche comme à droite, il devient dur de définir ce qu’est l’indépendance dans la diffusion d’information !

 

Conclusion : oui, la théorie du genre existe

Bien, que les socialistes tentent d’insinuer le contraire pour calmer les ardeurs des opposants et des nouveaux inquiets, l’ABCD de l’égalité questionne les enfants sur le genre dans le but de lutter contre l’inégalité entre les filles et les garçons.

Les instituteurs n’ont pas reçu d’instruction particulière de la part de leur directeur de circonscription sur cette présumée théorie du genre mais ils intègrent déjà des dispositifs de l’ABCD de l’égalité.

De même, le Président de Civitas a raison, il existe bien des interventions d’associations homosexuelles en milieu scolaire, mais uniquement pour lutter contre l’homophobie et prévenir des agressions, des dépressions et des suicides. Selon la charte des interventions, les intervenants ne s’expriment pas sur la sexualité.

Annexe

Pour en savoir plus sur la théorie du genre et pour laisser le choix d’opinion à nos lecteurs sur ce sujet, voici une conférence sur les origines de la théorie du genre tenue par le Président universitaire de droite Olivier Vial, en lien dans cet article publié sur Agoravox : http://www.agoravox.tv/tribune-libre/article/abcd-egalite-et-genre-les-sources-43714 .

Là encore, les lignes sont troubles. Cette vidéo est publiée par l’association Familles et Valeurs – Orsay – Les Ulis. Sur leur site web, aucunes mentions légales et aucunes informations sur les auteurs. C’est par le site de la mairie d’Orsay, qui référence l’association dans son annuaire, que nous trouverons quelques traces : une adresse postale et un numéro de téléphone mobile.

 

Convergence 2014 : un bond de 60 ans en arrière

Donc, cette table bienpensante dénonce l’instauration de la théorie du genre à l’école et trouve un point historique très précis de la nouvelle décadence de la France : la révolution sexuelle (bien sûr !).

Celle-ci qui, même en ayant des dérives individuelles comme tout outil apporte son accident, aura servi un minima la cause de l’égalité des sexes. Celle-ci qui aura permis à la justice d’ouvrir les portes du très fermé clan familial, ainsi que celles des institutions républicaines et religieuses pour mettre en accusation pédophiles et violeurs.

Cette table d’honneur donc voudrait nous replonger 60 ans en arrière, époque très proche où un enfant sans père était doublement traité de bâtard : ouvertement par les écoliers à l’école et en chuchotement médisant par les parents dans la rue.

Époque à laquelle les bienpensants arrachaient également les nouveaux nés du bras des mères adolescentes pour être jetés à la DDASS parce que c’était inconvenant un bébé sans père dans cette société si parfaite. Sans oublier que pilule, préservatif et AVG étaient proscrits de la moralité de ces prédicateurs.

Cette table d’honneur nous confirmera tout de même que malgré les dires du gouvernement, un nouvel axe d’éducation est bel et bien expérimenté à l’école. Si tel est bien le cas, autant mettre carte sur table, se montrer  plus pédagogue et dire : simplement : Oui, il y a bien un programme expérimenté pour lutter contre la discrimination des sexes. Cela évitera la propagation d’affabulation métaphorique et l’inquiétude de certains parents.

Et si cela peut aider à démanteler des schémas négatifs comme la domination masculine, la peur de l’étranger, la peur de l’handicap et diminuer le taux de suicide des jeunes homosexuels, alors je dis oui à des initiatives telle que l’ABCD de l’égalité dans les écoles.

En conclusion, cette phrase d’Alexandre Vialatte : “Si tu ne digères pas la soutane, ne mange pas le missionnaire”. Bienheureusement, d’autres instances religieuses et d’autres grands penseurs sont bien plus modérés, le noyau représentant de la conférence de presse Convergence 2014 ne reflètent en aucun cas une pensée unique ou majoritaire. Cependant, devant la multiplication des mouvements radicaux ces derniers mois, restons vigilants et informés !

Prochainement, la suite de ce dossier – Analyse du site web de Civitas.

 


Pour vous faire votre propre opinion sur la théorie du genre et le contenu de Convergence 2014, voici les autres sources de ce document :

Articles complémentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.