Comment faire un film soi-même ?

Canon_5d_MkII_Cinema_Rig_thumb.png

La caméra stylo

La caméra type pour faire un film viable est l’appareil photo CANON EOS 5D MARK II. La marque Canon, qui ne l’a pas conçu dans cette optique, ne s’attendait pas à un tel succès. Alors pourquoi cet appareil est devenu l’emblème de la nouvelle génération de cinéastes qui ont décidé de ne plus attendre papa pour pouvoir tourner ?

Canon_5d_MkII_Cinema_Rig

Canon Eos 5D MARK II. Avec ses accessoires indispensables pour un tournage.

   Un effet « Docteur House» a aidé pour la promotion de la caméra dans les productions. En 2009 des épisodes de la série américaine se tournent avec un matériel coutant 10 fois moins que le système habituel. 5 000 euros tout compris avec ses accessoires. Une bagatelle pour une production américaine qui peut se permettre bien plus de dépenses.

   Alors pourquoi la caméra est-elle aussi séduisante derrière une ergonomie très difficile à exploiter sur le terrain ? L’intérêt réside dans un aspect technique qu’elle est la seule à posséder à ce moment là : une profondeure de champ à la prise de vue.

   On veut du flou autour des personnages ! Comme ça, l’attention du spéctateur reste polarisé sur les comédiens quand l’arme du crime va sortir . La platitude du numérique au début des années 2000 était due à ce manque de profondeur de champ. Les industriels ne fabriquaient pas encore des capteurs assez larges pour que leurs caméras puissent jouer sur cet aspect. Cette donnée technique d’une image reproduite, date pourtant du XVIIème siècle avec le peintre Vermeer. C’était “juste une mise au point…..”

Le montage sur son PC.

   Depuis ces dernières années, le montage professionnel n’est lui aussi plus un problème. Par un logiciel FinalCut ou AVIDà 1000 euros, on peut produire une définition d’image de son et d’infographie exploitable pour la télévision et maintenant pour les projeteurs numériques du cinéma. Un journaliste reporter d’image utilise un simple ordinateur portable pour monter et diffuser les sujets à la télévision.

   Dijnn Carrénard a tourné son film « Donoma» sans l’aide d’aucun technicien et avec ses propres moyens. Seul à sa caméra Canon EOS, il n’a fait le film qu’avec ses comédiens. Un film surprenant.

   Le flou, lors de la prise de vue, est tout de même mal maitrisé. Ce problème technique perturbe la compréhension du spectateur, et ce n’est pas sure que le réalisteur ait voulu cet effet. Nul doute que des prochains films se feront dans de meilleures conditions. Les techniciens du cinéma sont eux aussi indispensables.

djinn-en-tournage_hd

Dijnn Carrenard sur le film Donoma.

Articles complémentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.