Faites varier la valeur de plan

montage-film

Le troisième et dernier conseil pour la prise de vue est d’éviter deux valeurs de plan similaires lors du tournage. Quand vous vous retrouvez au moment du montage, un plan cadré au niveau de la poitrine ne passe pas très bien avec un gros plan sur le visage de la même personne. L’œil aura le sentiment de deux plans presque identiques. C’est à dire qu’aucun changement de point de vue n’intervient. Une alternance de plans trop similaires donnera un effet de malaise au spectateur. Tout comme la règle des 30 degrés, le but est d’obtenir une différence de cadrage entre deux plans. Sinon, vous faites un effet.

Spielberg dans le film E.T utilise cet effet de valeurs de plans très rapprochés pour suggérer un danger imminent lors de la course poursuite entre les vélos et les voitures de police.

Les enfants veulent rendre E.T à sa planète. En tête de course, Eliott le meilleur ami d’E.T pédale sur son vélo pour échapper aux voitures de police. Au moment culminant de la séquence un dernier barrage de voiture crée un étau ne leur laissant plus aucune issue. La police s’apprête à tirer. Plusieurs gros plans, de valeurs presque identiques se succèdent sur le visage d’Eliott en tête avec E.T dans son panier à l’avant.

Lors du tournage, par plusieurs caméras embarquées dans une voiture travelling suivant les vélos, Spielberg a demandé à trois opérateurs de caméra de faire sur le visage d’Eliott et ses amis, trois zooms légèrement retardés l’un de l’autre au moment ou l’enfant ferme les yeux.

Au montage, on a donc non seulement, trois caméras zoomant avec des gros plans assez similaires, mais aussi un décalage très rapproché (de moins de 30 degrés) par rapport au visage d’Eliott entre chaque caméra. Bref, tout ce qu’il est conseillé de ne pas faire sur le terrain. Au final, ces successions de plans rapprochés et décalés donnent le sentiment que ces enfants sont la cible des policiers qui vont tirer.

Heureusement, coup de magie ! Les vélos s’envolent vers le ciel, permettant à E.T et ses amis d’échapper au massacre pour rejoindre le vaisseau extraterrestre.

Spielberg a en fait utilisé une technique de montage très connue aujourd’hui le jump cut, ainsi appelé par Godard dans les années 60 et très utilisé dans A Bout de souffle, qui sera décrit dans le prochain article.



S.Spielberg , E.T l’extraterrestre, comédien : H.Thomas, production : Universal Picture, Amblin, 1982.

Articles complémentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.