J-M Goater : Ceux qui font ces lois sont des béni-oui-oui !

Editions Goater x 350

Jean-Marie Goater, élu de la ville de Rennes, porte une triple casquette. Il est gérant de l’anticonformiste bar librairie Le Papier Timbré, il est éditeur de livres Les Éditions Goater, et enfin, il est adjoint au maire en charge de la démocratie locale.

Affairé, mais néanmoins disponible, Jean-Marie Goater a pris le temps de nous expliquer la nature et le fonctionnement de la Fabrique Citoyenne, un nouveau dispositif démocratique expérimenté à Rennes. (1ère partie de l’interview)

Dans la suite de cette interview, il présente sa maison d’édition (Les Éditions Goater) et révèle une vision critique de la politique d’aménagement du territoire. Il remarque également l’incohérence des réglementations de la vie nocturne de la ville de Rennes : « Ceux qui font ces lois sont des béni-oui-oui ! »

Effectivement, un arrêté de la préfecture d’Ille et Vilaine impose aux habitants de Rennes une rigueur régionale dont beaucoup de villes sont fort heureusement épargnées. Réglementations, quelque peu bizarres et insolites, qui donnent parfois lieu à du grand spectacle de rue.

En effet, certains soirs à partir du jeudi, les policiers municipaux se placent à chaque sortie du métro de la Place Saint-Anne et confisquent toutes bouteilles d’alcool détenues par les usagers qui entrent et sortent de la bouche de métro.

Les bouteilles sont immédiatement jetées, sans être vidées, dans de grandes poubelles qui dégoulinent d’alcool sur le parvis de la place. Cette manifestation étatique est communément nommée  » Les opérations cartables « .

Assez déroutant pour quelqu’un de passage, n’est-ce pas ? :o


 

Interview Jean-Marie Goater : un bar, une maison d’édition, une vie politique

 

Un bar, une édition de livres, une vie politique… peux-tu nous expliquer cette synergie ?

Jean marie goaterJ’aime me laisser porter par la curiosité

Il y a des points communs entre toutes ces activités, j’ai toujours voulu créer un bar avec une activité éditoriale. D’ailleurs, c’était le sujet des mémoires de mon projet de formation. Cet aspect a toujours été cohérent.

Je suis très attaché à la créativité et je trouve mon plaisir dans l’édition. À chaque nouveau livre, il y a un processus créatif, un univers singulier et des personnes qui portent une culture, une histoire, des émotions, des passions… c’est très enrichissant !

L’aspect politique est différent, c’est une autre approche. La cohérence est sans doute sur l’aspect créatif que cela peut générer. L’engagement sur la mission qui m’est confiée sur les assises de la démocratie locale et la Fabrique Citoyenne est très audacieux, c’est un défi important. Il y a un caractère créatif évident. À la fois, sur la méthodologie, mais aussi sur la mise en place d’un budget participatif à la disposition des habitants.

 

Quel est l’univers des Éditions Goater ?
Les éditions goater

Les Éditions Goater © Mediamateur

Explorer la marge, interroger les formats, les formes…

L’idée est de faire une petite maison d’édition généraliste à la fois ancrée dans son territoire mais ouverte sur le monde.

Le simple choix d’utiliser mon nom de famille me permet d’aller dans toutes les directions que j’ai envie d’explorer. C’est souvent en fonction de la curiosité du moment : des livres pour les enfants, des polars, de la science-fiction, de la littérature, des essais, des livres d’histoire, des livres de cuisine, de la BD, des cahiers de vacances.

En fait, j’essaye d’explorer l’édition dans toute sa diversité à ma façon. Explorer la marge, interroger les formats, les formes, ou bien faire quelque chose de différent, un peu alternatif et qui fait fonctionner les marges.

 

Parlons de l’aménagement du territoire, que penses-tu du projet EuroRennes ?
EuroRennes_ZAC copie

Projet EuroRennes 58 hectares

Est-ce que le futur de cette ville n’est pas plutôt de valoriser ce qui se fait en Bretagne ?

EuroRennes est un projet lié à des investissements de type productiviste, croissantiste. Franchement, gagner une demi-heure sur la liaison Rennes – Paris ça ne changera pas la vie ! Cela fera juste transférer quelques sièges sociaux de la banlieue parisienne à la ville de Rennes. Conséquence potentielle ? Des personnes mieux rémunérées vont prendre les habitations des personnes qui le sont moins. Dans ce cas, l’instrument est le logement social, il faut insister sur ce sujet.

Sur la question de la vitesse, la temporalité est une notion importante. Est-ce que le temps est plus important que le coût ? La majorité des habitants a bien plus de temps que les décideurs ultra pressés qui veulent des aéroports et des lignes à grande vitesse. Moi, je ne voyage pas tous les jours et quand je voyage c’est une aventure. Il y a un temps pour le voyage.

C’est le paradoxe de nos sociétés aujourd’hui. On aurait mieux fait d’améliorer le réseau ferroviaire en Bretagne. Cette ligne va encore dans le sens de la centralisation française : le système de l’étoile et le renforcement de la région parisienne. Raccrocher Rennes à Paris, est-ce que c’est le futur de cette ville ? Ou est-ce que le futur de cette ville n’est pas plutôt de valoriser ce qui se fait en Bretagne et de se tourner vers le maritime, vers d’autres horizons que ceux de l’Est ?

 

A ce propos, des quartiers populaires, tel le mail Mitterrand près du centre-ville, se sont profondément transformés depuis 15 ans. Certaines populations ont été forcées de se déplacer. Est-ce qu’il y a des frictions avec la majorité à ce sujet ?
EuroRennes_ZAC x350

Projet du Mail François Mitterand © Mutabilis Paysage

Ce sont tous les projets inutiles de la croissance pour les nuls

Il y a évidemment des débats et des frictions. Nous, les écologistes nous ne portons pas cette vision du monde. Pour nous, c’est une mauvaise version. Derrière tout ça, ce sont tous les projets inutiles de la croissance pour les nuls. J’utilise souvent cette expression parce que ça manque de vision politique, de prospective, d’intelligence, et ça ne parle pas de futur pour les générations à venir.

On a l’impression qu’un grand nombre d’élus ont lu le même bouquin et qu’ils l’appliquent bêtement : une ville de tant d’habitants doit avoir une piscine, une patinoire, un aéroport, un train, des centres commerciaux… En fait, c’est une vision court-termiste très dramatique, mais c’est le système capitaliste qui l’impose.

On leur dit : travaillez avec des multinationales, faites des grands projets, dépensez du pognon ! Ils ne se posent même pas les questions de la destruction des milliers d’emplois dans les petits commerces et du coût exorbitant que cela représente. Eux ce qu’ils voient, c’est le cordon qu’ils vont couper pour l’inauguration.

La réalité fait qu’une majorité d’électeurs vote pour ces personnes, ils ont aussi cette vision. Force est de constater, que nous n’avons pas réussi à convaincre sur ces questions et qu’ils continuent à faire confiance à ces partis. Il suffit qu’on se prenne en main et qu’on réussisse à convaincre les habitants qu’il existe d’autres visions possibles.

Notre-Dame-des-Landes © afp

Chaîne humaine Notre-Dame-des-Landes © afp

Le fonctionnement démocratique est défaillant

Dans le système actuel de la démocratie représentative, c’est eux qui ont les clefs. Des projets tels que l’aéroport de Notre-Dame-Des-Landes ont été votés majoritairement par ces élus. Finalement, on voit bien que sur ce genre de dossiers le fonctionnement démocratique est défaillant. Il n’y pas eu de possibilité de faire une contre-expertise.

Ce transfert d’aéroport de Nantes à Notre-Dame-Des-Landes est une promesse électorale de Monsieur Ayrault pour des habitants de certains secteurs qui se plaignent du trafic. Il existe certainement d’autres pistes à explorer pour régler le problème de la nuisance des avions. Encore faut-il s’en donner les moyens. Toutes les études officielles n’ont pas fait l’effort d’étudier des solutions alternatives.

 

Parlons vie locale, ne penses-tu pas que l’espace culturel et nocturne est de plus en plus restreint au fil des années. Je pense notamment à plusieurs arrêtés préfectoraux d’Ille-et-Vilaine ?
Opération_cartable

Opération cartable Rennes

Je pense qu’on peut revoir toutes ces lois sur la vie nocturne

En fait, on vogue toujours sur le sentiment d’insécurité. Ce qui est compliqué dans une ville c’est “le vivre ensemble”. En termes d’habitat, mais aussi de cohabitation des usages, de la vie et des différentes fonctions d’une ville. Je ne suis pas sûr qu’une ville doit multiplier les systèmes qui iraient jusqu’à une sorte de couvre-feu ou qu’elle doit déployer une multitude d’interdictions pour contraindre et limiter les libertés des uns et des autres.

 

C’est un peu le cas, non ?

C’est un peu le cas mais ça pourrait l’être beaucoup plus encore.

 

Il y a tout de même la fermeture des bars à 1h00. Et les opérations cartables en centre-ville sont assez troublantes à voir, ça fait un peu peur, non ?

Oui, en plus, les saisies de bouteilles de vin, ce n’est pas bien du tout ! (rire)

 

Est-ce que ces arrêtés sont efficaces ?

Ces réglementations ne correspondent pas à la réalité de toute l’année

Je suis favorable à plus de libertés, je pense qu’on peut revoir toutes ces lois sur la vie nocturne. Ces réglementations ne sont pas bonnes simplement parce qu’elles ne correspondent pas à la réalité de toute l’année. Elles ne sont appliquées qu’une fois de temps en temps. Cela veut dire que le reste du temps, des gens ne les respectent pas et ne sont pas sanctionnés.

Il faut que la loi soit juste, qu’elle corresponde à la réalité, qu’elle soit proportionnée. Le rôle des policiers municipaux est d’appliquer la loi, ce n’est pas d’être tolérant. Qu’il y ait des arrêtés ponctuels liés à des situations spécifiques de régulation, pourquoi pas. Et encore, je ne suis pas certain que ce soit vraiment la solution.

Ceux qui font ces lois sont des béni-oui-oui. Ce sont les bourgeois, ceux qui sont cachés derrière leurs rideaux, qui ont peur et qui défendent la valeur de leurs biens. Il faut leur faire comprendre que l’attractivité de cette ville est aussi liée à la présence de ces jeunes et qu’elle contribue à la valeur de leurs biens. S’il n’y avait plus d’étudiants… la moitié de la ville vit avec les jeunes !

Et enfin, pour qu’on puisse débattre et trouver des solutions médianes. Il suffit de pouvoir mettre autour de la même table, jeunes, propriétaires, locataires, professionnels de la nuit et du jour. C’est quand on commence à comprendre les revendications des uns et des autres qu’on peut résoudre les problèmes. On peut également s’appuyer sur les expériences qui ont été menées dans d’autres villes et d’autres pays.

Tout cela fait partie d’un phénomène de gentrification

Si l’on parvient à une conciliation, alors nous sommes dans une démarche de cohabitation, de responsabilisation. Et peut-être qu’on améliorera en partie ce problème de binge drinking, d’être ivre le plus vite possible parce qu’il y a trop de contraintes et qu’il reste peu de temps.

Tout cela fait partie d’un phénomène de gentrification qui n’est pas propre à la ville de Rennes. Cela concerne tous les centres villes de toutes les capitales d’Europe : faire des beaux centres villes, parfois devenus quasiment des musées.

Il appartient aux habitants de ne pas se laisser faire et de ne pas faire disparaître la dimension populaire de tous ces quartiers. Pour ça, il faut travailler aussi sur le coût du logement et sur la mixité sociale des habitants. Il faut des familles, des enfants, et tout un tas de gens qui ne soient pas obligés d’aller vivre dans la 1ère, 2ème, ou 3ème couronne et subir les désagréments du coût énergétique et du transport. Ce sont de vrais enjeux.

Le Papier Timbré - Rennes

Bar librairie Le Papier Timbré – Rennes © Mediamateur

 
Lire la 1ère partie de l’interview – La Fabrique Citoyenne de Rennes – C’est quoi et ça fonctionne comment ?

 

 

Interview réalisée le jour du Bazar de Noël au Papier Timbré, le samedi 20 décembre 2014


Pour en savoir plus :


 

Articles complémentaires

Un commentaire

  1. clemcracovie (1 comments) dit :

    Merci pour l’article,
    Ne vivant pas sur Rennes directement mais breton tout de même c’est cool d’avoir des infos sur notre capitale bretonne! :)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.