Le syndrome d’ellipse

Ellipse

Littéralement Ellipse signifie depuis le grec ancien : « manque, défaut, insuffisance ». Issue également de la géométrie, l’ellipse est définie par la section entre un plan et un cône.

L’ellipse est une partie que l’on retire intentionnellement du plan, car ce n’est pas utile à la compression. Moins on en dit, mieux on se porte. Il ne faut rien imposer à celui qui va regarder. Rien n’est plus important que l’imaginaire. Un film n’est qu’un support. Plus vous suggérez une idée, une action, un personnage…plus vous captez l’attention de votre spectateur.

Ellipse: «Omission d’un ou plusieurs mots qui, dans une phrase, ne sont pas utiles à la compréhension. »(Internaute Encyclopédie.fr)

L’Ellipse est une figure de style permettant de raconter une histoire. Dans un texte, en rhétorique l’ellipse grammaticale, narrative ou poétique permettent de se retrouver au plus près de l’action.

« Café, bain, travail…Deux pages par jour, d’accord?» (P. Stollers)

Une suite de descriptions sans conséquence sur la narration alourdit le récit inutilement.

L’Ellipse au cinéma a la même fonction. Si on voit dans premier plan, une personne entrer par la porte d’un immeuble, inutile de la voir monter les escaliers, car il n’y aucune incidence sur la suite de l’histoire, sauf si la cage d’escalier est un élément du film, comme dans Delicatessen de M.Carot et JP.Jeunet

Le montage recrée le temps. Un temps qui n’existe que dans l’espace du film. Si certains éléments sont dans un film, c’est qu’ils symbolisent et codifient le film. Le reste doit passer aux oubliettes.

D’où l’art de l’ellipse.

L.T

 

Articles complémentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.