Les dérives de la télé réalité sont-elles préméditées ?

capture-cran-du-site-Quem-parlant-dune-affaire-de-viol-prsum-dans-big-Brother-au-brsil_thumb.jpg

« Oh mon miroir, dis-moi que je suis beau ». On aimerait tous être sûrs de soi-même, mais le regard des autres vient saccager cette confiance douloureusement réfléchie. Dans l’adolescence, on a tellement besoin d’être rassuré qu’il faut des repères évidents. Rien de plus séduisant alors que de se référer à ce qui semble être réel.

Capture d’écran du site Quem parlant d’une affaire de viol présumé dans Big Brother au Brésil 20MINUTES.FR

En apparence, les candidats des téléréalités, des « lofts » et des « écoles de stars » semblent tous vivre une vie agréable. Pourtant, entre ce que l’on est et ce que l’on représente pour les autres, il y a tout un rôle à tenir. La sincérité de ses sentiments ne suffit pas. Les séquences d’émotions intenses sont cependant les bienvenues pour les caméras de surveillance de la téléréalité.

La célébrité n’arrive pas par magie. Il faut construire une histoire avec sa vie que le public attend. Et dans construire, il y a le fait de « fabriquer ». Autour de la carrière d’une star, les « pygmalions » ne déroulent pas le tapis rouge par hasard.

Du point de vue du profit la téléréalité cartonne. Dans un même lieu, avec très peu de techniciens, sans direction d’acteur et sans payer les candidats en plus, c’est du bénéfice maxi taille. L’audimat se situe entre 50% et 70% de part de marché. Les producteurs n’ont jamais fait autant de bénéfices.

Quel comédien serait capable de jouer son rôle 23/24h sans remettre son costume au vestiaire ? Aucun d’entre eux. C’est pourtant ce qui est demandé à ceux qui entrent dans ces studios verrouillés avec le défi de remporter l’avis du public.

La téléréalité n’est pas la réalité. C’est de la fiction bien orchestrée. Avant que chaque émission commence, un scénario est prémédité. Les magiciens qui actionnent leurs marionnettes n’ont donc pas disparus du générique.

Le secret d’une histoire qui fait de l’audimat, c’est de mettre du sexe, des meurtres et une « happy-end » en éliminant le méchant. La fiction pourrait donc rejoindre la réalité. A la télévision brésilienne, les spectateurs ont pu assister en direct à une scène de viole consommée sous les yeux implacables du « Big Brother ». Ça n’a été que plusieurs heures après le délit que le candidat a été expulsé et remis à la justice. Pourquoi personne n’est intervenu ?

Les candidats qui participent à un « loft » devraient être mis sous « curatelle » le temps de leur incubation sur le plateau. Cette mesure rendrait responsable devant la loi les producteurs de télévision et empêcherait des dérives dont on ne peut savoir si elles sont préméditées.

Ce sont les 15-20 ans qui sont la cible de ces émissions. Depuis 2006 en France l’audimat du « carré vip » s’érode et l’émission a disparu. Le travail des enseignants de l’éducation nationale depuis ces dix dernières années a dû réveiller les consciences. En suivant les délires de la téléréalité, on n’est plus spectateur, mais un gardien de prison qui tiraille ses détenus.

Conférence à la Sorbonne :

La télé-réalité, une fabrique télévisuelle entre réalité et fiction

le 3 mai 2011

Journée d’études
Lieu : Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Maison de la Recherche, 4 rue des Irlandais, Paris 5ème
Contact : nelly.quemener@univ-paris3.fr

Articles complémentaires

Un commentaire

  1. étintonpost (1 comments) dit :

    Ce qu’il faut c’est boycotter ces émissions et les chaînes qui les diffusent. Quand on voit que notre Président de la république dévoile sa candidature sur TF1 et non pas sur … France Télévisions on peut se demander’… Où va la France ?!

    Quant à moi la seule émission de télé réalité que j’ai regardé c’est le fameux loft avec Loana comme beaucoups de milliers de moutons à l’époque… je n’ai pas renouvelé cette pathétique aventure

    Vive ARTE !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.