Louise Wimmer : premier long-métrage très reussi de Cyril Mennegun.

Louise Wimmer, un personnage de notre temps.

   En cette période d’élection présidentielle où Cantona se présente pour faire entendre la voix des sans-abris, on se retrouve très touché par le film Louise Wimmer. Sa comédienne Corinne Masiero porte le film sur ses épaules par un travail imposant sur la mise en situation du personnage. A la recherche d’un logement, Louise est recluse dans son véhicule et cherche coûte que coûte, sans argent à rester digne. Ca se passe en bas de chez-nous. Le réalisateur nous met en face d’un contexte qui semble de plus en plus faire partie de notre futur. La scène de la cafétéria où Louise attend qu’une cliente délaisse son plateau-repas pour prendre sa place en profitant des plats à volonté est mémorable. D’autres moments de vérité, inédits au cinéma, sont très certainement issus des qualités d’observation et de recherche de Cyril Mennegun avec son équipe.

   Le réalisateur pour son premier film réussit à échapper à tout misérabilisme et rend toute sa dignité au personnage sans faire pleurer dans les chaumières. On se met à comprendre comment depuis la rue tout devient plus compliqué et qu’une promiscuité tend à couper tout contacts humains légitimes auquel une personne est en droit de vivre. Ce film apporte une compréhension de notre époque sans conformisme d’usage durant une crise économique.

Crédits photo  Louise Wimmer, de Cyril Mennegun

Louise Wimmer alias Corinne Masiero, par Cyril Mennegun, 2012.

Articles complémentaires

Un commentaire

  1. Sonora (2 comments) dit :

    Je suis très heureuse de ce qui arrive à cette NANA, quel cheminement !
    On lui souhaite une belle et longue carrière au cinéma, on se doute bien qu’elle ne prendra pas la grosse tête, trop entière pour jouer la star, il y a des bouilles ça le fait de suite !
    On attend d’autres films avec corinne, j’espère beaucoup d’autres, qu’elle explose le grand écran, avec son naturel, sa gouaille, son charisme, son physique de bourlingueuse, et sa
    petite grande gueule les cheveux aux 4 vents. Les films d’auteur c’est pour elle, elle crève l’écran aucun besoin d’artifice, un budget des moindre y suffira. Les auteurs à vos marques !!!
    Un grand merci à cyril hennequin pour avoir mis cette femme dans la lumière, d’avoir eu l’oeil et surtout merci beaucoup pour ce film juste ou un méli mélo d’émotions se bousculent, nous bouleversent ; la scène bien « secouante » sur les hauteurs de la ville quand Louise wimmer craque et danse et craque et danse et craque, sur du Nina Simone – PUISSANT -
    Corinne, on te suit !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les liens des commentaires peuvent être libérés des nofollow.